Overlord tome 1 : Le roi mort-vivant

Éditions : Ofelbe
Nombre de pages : 544 pages
Année de parution : 2017

Résumé :

« Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puisante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas deconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde.»

Ma critique :

Je tiens à remercier Livraddict ainsi que les éditions Ofelbe pour ce partenariat ! Merci également pour ce poster géant !

J’ai choisi cette lecture pour le résumé, mais aussi la couverture. Je suis fan de jeux, alors pourquoi ne pas me laisser tenter ?

Nous découvrons Yggdrasil, jeu qui a été lancé il y a dix ans de cela permettant aux joueurs de créer un personnage mais aussi de pouvoir personnaliser chaque contenu, ou de se « créer une maison ». Ce qui l’a rendu connu, et qui l’a fait s’accroître sont : les nombreuses fantaisies qu’il permet.

On suivra une guilde : Ainz Ooal Gown, avec de certaines exigences : elle ne recrute que des joueurs adultes et ouvriers, le Maître de Guilde exigeant également les personnes à ne jouer aucune classe humaine. Ces exigences ont permis à la guilde de se classer dans le top 10 . Tout joueur aguerrit saurait qu’il n’est pas évident pour une guilde de se classer aussi haut !

Cependant, le jeu a décidé de fermer ses serveurs.

Momonga réunit alors ses joueurs pour leur faire un dernier au revoir, et décide de faire un tour dans le jeu une dernière fois pour se remémorer des souvenirs…Mais tout ne se passe pas comme prévu : en effet, le serveur de jeu ne se ferme pas dans la limite du temps escompté, qui plus est les PNJ se mettent à parler, et à agir en fonction de leur propre volonté. Bien entendu, il est impossible de contacter l’Administrateur du jeu !

La fiction dépassera la réalité.

Momonga est un personnage solitaire, qui n’a pas d’amis, de famille ou de petite amie et se questionnera sur son envie de retrouver son « monde ». Il réunira les gardiens de la grande tombe de Nazarick, en urgence, et chacun lui prêtera allégeance puisque chacun le trouvant apte à les aider à rétablir la situation ! Il deviendra cependant le personnage qu’il a créer : un squelette. C’est tout ce que je peux vous dire (sans en dévoiler davantage).

J’ai aimé que chaque PNJ soit dévoué à leur chef, chacun pouvant penser et exprimer désirs et envie ils agiront différemment de leur programmation

Il n’a personne à qui tenir : pas de famille, aucun amis, ou de petite amie, alors il se questionne sur son envie de retrouver son « monde ». Il reste prisonnier du jeu et devient réellement le personnage qu’il a créé.

Je n’ai pas aimé le roman dans le sens où j’ai préféré l’animé…On a extrêmement de mal à entrer dans l’histoire. Momonga paraît froid, de par son apparence squelettique mais il nous inspire pas confiance, il est égoïste et manque d’empathie.

J’ai trouvé certaines scènes assez chaudes, le sexe est présent. En effet, plusieurs allusions sexuelles sont présentes ! Notamment les situations entre Momonga et la maid qui l’affectionne ! En manga ça m’aurait peut-être moins gêné, ça doit être le style..

 

Je reste sur ma faim, avec le livre. Je pense lui donner une chance, au prochain roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *