Le désert rouge de J.E. Briffa

Auteur : J.E. Briffa
Éditions : Autoédité
Nombre de pages :  209 pages
Année de parution : 2016
Résumé :

« Au sein des grandes cités mobiles actionnées par la puissance de la vapeur, les hommes arpentent l’immense Désert Rouge.
Après le sabotage d’une cuve d’eau, le Baron Ambrose Walter Cappel, dirigeant la ville de Staerbury, charge son fils adoptif, Jak, de trouver les responsables. Il apparaît rapidement que le Culte de l’eau et Charles Denning, rival éternel d’Ambrose et dirigeant de la cité de Hayllonbury, ne sont pas étrangers à tout ça. Jak aura fort à faire lorsque les pirates de l’air attaqueront la ville à la rechercher de la célèbre boussole de Gerason, celle-là même qui conduit à la mythique Vallée Verte. Sans le savoir, Jak marche sur les traces de son passé…

Aventures enlevées où le récit de piraterie côtoit les jets vaporeux du steampunk. »

Ma critique :
 
Merci à Monsieur J.E Briffa pour sa confiance et également de m’avoir confié la lecture de son livre.
 
J’ai débuté cette lecture avec curiosité, j’ai beaucoup aimé découvrir cet univers ! La couverture m’a particulièrement plu et intriguée..Des couleurs vives, et un désert rouge et un château volant. On sait d’or et déjà qu’il s’agit d’une littérature steampunk pour le rappel des engrenages, la roue dentée dans le titre nous laisse perplexe et donne envie d’ouvrir ce livre. Il y a un petit plus et pas des moindre qui a su me séduire, il s’agit de la bande son original de Rémi Labroche à écouter pendant la lecture (reçue avec le livre) qui vous aidera à vous plonger dans l’Univers du Désert Rouge.
 
L’histoire débute en compagnie de Jak, militaire d’élite qui excelle dans l’art de tuer.
En effet, il est tenu d’obéir aux ordres et aux missions que lui ordonne son père d’adoption Le Baron Ambrose Cappel.
C’est un personnage récurrent de l’histoire, il est attachant, et plein de mystère le masque accentuant son côté mystérieux puisque peu de personnes l’ont aperçu sans étant donné que c’est une façon pour lui de se protéger de ses émotions.
On retrouve donc ce personnage à bord d’un bateau volant à marchandises et dès les premières pages l’action est au rendez-vous puisqu’il fera face à une attaque de pirates.
Il devra aussi rendre compte de sa mission auprès du Baron Ambrose Cappel à la ville de Stearbury que ce dernier dirige depuis des années.
On lui  demandera d’enquêter sur des faits où se retrouve mêlé son fils Walter et qu’il devra voler les plans d’un prototype d’aéronef que dirige un certain Charles Denning.
 
Walter, est un personnage assez discret, qui veut avoir la fierté de son père et assez jaloux de Jak, qui, dès qu’il peut le remet à son rang d’orphelin bien qu’il aurait pu être comme un frère pour lui. Le jeune fils serait mêlé à des histoires du Culte de l’eau, un culte terroriste et, à ordre de le tuer si les informations se révèlent exactes. Le Culte de L’Eau causera la perte des receveurs d’eau ne voulant plus dépendre de Mr Ambrose Cappel, militant afin de rendre l’eau accessibles à tous sans devoir passer par le dirigeant qui attribue comme il le souhaite.
 
L’attaque servira aux pirates puisque Jak, Walter, et Margaret jeune femme amourachée de Walter se feront kidnappés par une redoutable pirate que tout le monde appelle Sirène.
 
Charles et Anny (Sirène) souhaiteront mettre la main sur un objet qu’Ambrose possède et ne se débarrasse déjà : la boussole de Gerason, selon les légendes elle permettrait de découvrir la célèbre Vallée oubliée où il n’y aurait plus de sable, Qamarloth.. Un paradis où tout le monde quel que soit son statut seraient des hommes et femmes libres.
 
Le voyage sera long, et semé d’embuches. L’action sera au rendez-vous, mais aussi les révélations, et une grosse part de suspense puisqu’on ne voit pas venir certains éléments..
 
L’écriture est légère, fluide, pour moi cette lecture est un réel coup de cœur. Le roman, de par le nombre de pages se lit rapidement, je l’ai lu dans mon cas en une après-midi.
Il peut convenir aux jeunes, comme aux moins jeunes. J’aurai aimé un roi plus empathique, mais il faut toujours des « méchants ».
En effet il est égoïste et ne se préoccupe que de son pouvoir.
 
J’ai par contre été plus proche du personnage d’Anny, ainsi que du nain et fidèle ami Willy, l’inventeur.
 
Je ne peux que vous encourager à découvrir cet univers, où les monstres ne sont pas ce qu’ils sont et où les hommes complotent et ne pensent qu’au pouvoir. De la piraterie dans un univers steampunk est assez surprenant mais pas désagréable !
 
Mon seul point négatif ? La fin. Le livre est court, et j’aurai aimé savoir ce que deviennent les personnages. J’espère qu’il y aura une suite !
 
 
Citations :
 
– Il s’étendait à perte de vue de tous les côtés. Nulle crête, nulle aiguille perdue ne brisaient l’horizon monotone du désert Rouge. Cet espace houleux et balayé par des vagues de poussière carmin qui vous brûlent les poumons. Cette immensité aride, sèche et ingrate renfermait bien des écueils pour les hommes qui en avaient fait leur domaine depuis plusieurs siècles maintenant.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *