Cavaliers de l’Orage de Chris Anthem

Auteur : Chris Anthem
Éditions : Atelier Mosésu
Nombre de pages :  189 pages
Année de parution : 2016
Résumé :
«C’était leur première grande sortie depuis des mois. Comme les fleurs et les animaux, Vincent et Agnès quittaient leur coque protectrice, le trou où ils venaient d’hiberner pour renaître à la faveur du printemps… Eux et leurs instincts engourdis par le froid, qui démarraient leur dégel. »

Un frère et une sœur en route vers le Sud. La campagne isolée. Un aubergiste maniaque. Des morts violentes. Mais sous l’apparence du slasher, un imprévu choc des titans.»

 Ma critique :
Je tiens d’abord à remercier l’Atelier Mosésu pour ce partenariat !
Nous faisons la connaissance de Vincent, Agnès et Clara. Vincent et Agnès sont jumeaux, quant à Clara il s’agit de la petite amie d’Agnès.La bande de lurons est partie pour rejoindre les parents des jumeaux, comme chaque été. La tension entre Vincent et Clara est palpable, d’autant plus qu’aucun des deux ne s’apprécient. Les apparences sont trompeuses, pour leur part, ils peuvent paraître comme étant de vrais anges, polis, courtois mais il ne faut pas se fier au loup déguisé en brebis : quiconque croisera leur route, verra son destin basculer. Ils voient une guérison à leur ôter la vie, eh oui ils sont complètement dérangés… Le plus étrange est le rituel après avoir tué, ils ne peuvent pas s’empêcher de faire « une photo de souvenir » qu’ils s’empresseront de montrer à leurs parents.
En parallèle nous faisons la connaissance de Malone, aubergiste de métier, aimant faire disparaitre ses clients. Il fait le tri lors de l’enregistrement et désigne lui-même les clients ayant besoin « d’être purifiés ». Ils doivent comprendre leurs erreurs afin de pouvoir se racheter. Il cible cependant un certain publique : les chauffards, la drogue ainsi que les personnes aisées ne se préoccupant que de leur nombril. Contrairement au trio de jeunes, il leur laisse une chance de pouvoir changer des avis, c’est ce qu’il appelle « le test ».
Vous voulez savoir de quoi il s’agit n’est-ce pas ? Il se met au piano, si les personnes sont émues ou disent de gentilles paroles il les épargnent. Cependant, si les personnes sont rieuses, ou qu’elles ignorent elles n’ont aucune échappatoire. Il se voit comme un justicier, aidant les personnes à changer, peut-être voit-il leurs morts comme une renaissance ?
J’ai bien aimé le fait qu’il se remette en question, qu’il se dise qu’il est parfois « pire que les autres », « pire que ceux qu’il juge » mais cette pensée ne reste que cinq secondes avant qu’il ne pense au plaisir de tuer à nouveau.
Ce qui devait arriver cependant arrivera puisqu’ils finiront par tous être sous le même toit, mais tout ne se passera pas comme prévu. Les personnages se révèleront au fil des chapitres, ainsi que les horreurs. Les crimes sont gores, parfois trop sanglants. J’aurais aimé avoir un peu moins de gore et plus d’horreur. Chacun ayant sa propre raison d’agir, nous entrons dans un univers pervers, et glauque à souhait.
Nous découvrirons les travers de certains, comme la nécrophilie pour notre jeune ami Vincent qui ne peut éprouver du plaisir qu’en regardant des corps féminins nus et tués, afin de satisfaire ses bas instincts. J’ai également trouvé l’ambiance malsaine entre Vincent et Agnès, mais ça c’est mon avis.
Si vous aimez les slasher, je pense que vous ne serez pas déçus.
 
Citations :
– Cette vie ne l’avait pas épargné, mais il n’en voulait à personne. Il avait choisi la brèche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *