Albédo de Sébastien Fritsch

 

Auteur : Sébastien Fritsch
Éditions : Fin mars début avril
Nombre de pages :  340 pages
Année de parution : 2016
Résumé :

« L’amitié est ce qui reste quand on a tout perdu. Alors Nil n’hésite pas : dès que Mock le contacte, il accepte de le suivre. Même s’ils ne se sont pas dit un mot depuis quinze ans. Même si c’est pour convoyer une urne funéraire. Et même si la destination n’est autre que Ti-Gwern, cette grande maison où, quelque vingt ans plus tôt, ils étaient une poignée à partager leur jeunesse.
Nil sait pourtant qu’on n’efface pas le temps en remontant une vieille route : les rires et la musique, les vins parfumés, les regards, les désirs qui animaient tous leurs séjours dans ce lieu hors du monde, sont désormais bien loin? sans même parler de Maud.
Alors, est-ce l’amitié ou la nostalgie qui le motive à faire le voyage ? Ou devinerait-il, sans vraiment se l’avouer, que rien n’est vraiment fini tant qu’on ne s’y résigne pas ?
»

Ma critique :
 
Je tiens à remercier l’écrivain Sébastien Fritsch pour l’envoi rapide et la gentille dédicace, merci pour votre confiance !
 
Dès que j’avais vu ce livre, il m’avait tout de suite intriguée, une femme, prenant plaisir à se baigner ! Une lecture, idéale, pour cet été, m’étais-je dit.
En effet j’ignorais tout ce qui pouvait se cacher derrière, mais je m’attendais à énormément de suspense et de révélations, chose où je ne fût pas été déçue !
 
Emmanuel ou Nil, quarantenaire, et cadre dans une entreprise pharmaceutique est contacté par un ami à lui : Mock, après douze années de silence, il lui demande de se rendre avec lui à Ti-Gwern, en Bretagne, un lieu symbolique en souvenirs, où il a passé chaque été avec ses amis de jeunesse. Nous apprenons que Mock est en charge d’une urne funéraire, et qu’il est à la recherche d’un endroit où déposer les cendre de la personne. Une fois arrivés à Ti-Gwern, Mock disparaîtra sans laisser de traces. Pourquoi est-il parti ? Dans quel but ? Beaucoup d’interrogations se posent sur son départ. Après avoir cherché partout, et l’avoir attendu une nuit durant, dans une maison lourde en souvenirs qui ne ravivent que des douleurs à notre Nil, celui-ci rentre chez lui, pour se reposer. Mais sa disparition ne semble pas anodine, il est contacté peu de temps après par Maud, son amour de vacances et sœur de Mock, qui semble effrayée de ne pas avoir reçu de nouvelles de son frère. Elle le suppliera de l’accompagner à Ti-Gwern dans le but de voir s’il ne s’y trouve pas et/ou de le chercher. Cette aventure se révèle être une quête, celle de Nil, complètement paumé dans sa vie.
 
Albédo est avant tout une histoire d’amitié, celle qui lie ces deux hommes, mais aussi celle de tout ces personnages.
Ces amitiés, fortes, qui perdurent malgré le temps passé sans nouvelles. Mêlant amour, amour de jeunesse et souvenirs.
Nous avons d’autant plus de mal à comprendre le départ où la disparition de Mock, quel ami réagirait de la sorte ? Sans donner d’explications ? En effet le suspense est présent tout au long du récit. Lorsque vous pensez comprendre des pièces du puzzle, cela ne sera pas aussi simple puisque d’autres éléments et interrogations se rajouteront au tableau. Nil apprendra beaucoup sur les autres, mais aussi sur lui. Il découvrira les sombres secrets que cachent Maud, celle pour qui il aurait tout donné, et sera très loin de la vérité.
Ce roman est surtout une évolution de soi, Nil a en effet du mal, à être dans l’instant présent il est resté dans le passé, peut-être parce que le passé était plus lisse et qu’il n’a pas envie d’assumer plein de problèmes auxquels il peut avoir à faire face. En effet, ce voyage lui fera du bien, et lui permettra de tourner la page, et de grandir. De s’ouvrir vers d’autres horizons.
 
Je me suis beaucoup attachée au personnage de Mock, le fait qu’il soit torturé et les mystères découlant de sa disparition. Nil fût mon deuxième personnage préféré, j’ai aimé son évolution au cours du récit, et à tout ce qui entourait l’ambiance de ce récit. La seule chose que je peux reprocher sont les descriptions parfois trop longues, mais on les oublie vite, tellement nous sommes plongés dans le récit.
 
En bref :
Je recommande ce livre aux personnes aimant les histoires d’amitié, et d’amour. Si vous voulez passer un moment avec des personnages atypiques, et bien souvent perturbés et à le recherche de soi. Il y a de belles leçons de vie, ce livre est à découvrir.
 
Voici un cover de la musique qui nous suit tout au long du récit, j’ai bien aimé la voix du jeune homme pour le coup : Eva Cassidy – Kathy’s Song.
Citations :
– De toute façon, rêves et regrets sont les deux tomes de la même histoire imaginaire, qu’on aime tant se raconter pour tenir la vraie vie à distance.
– Évidemment, je ne te regardais pas avec les mêmes yeux de merlan frit que ceux que tu posais sur moi, mais je t’admirais, Nil ; tu dois le savoir : je t’admirais. Ton calme, ta résistance face à l’humour panzer de mon frère, et ta disponibilité, ta serviabilité, ta capacité d’écoute, quelle que soit la personne qui parlait et quel que soit le problème qu’elle exposait. De nous tous, tu étais toujours le plus attentif. Tu étais tout ce que doit être un vrai ami.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *